LE PROJET



Courriel:kredin@philetdom.com




Aurore sur les îles d'Hyères
Aurore sur les îles d'Hyères

Introduction

L'objectif

Vivre sur notre voilier en faisant le tour du monde à la découverte d'autres lieux et tout ce qu'ils comportent de diversités géologiques, culturelles, ethniques, animales, etc. Le tour qui nous attire n'est donc pas une course sans escales, bien au contraire. Ce ne sera pas non plus uniquement la traditionnelle route des alizées. Il y a tant à découvrir. Madame rêve d'îles paradisiaques, Monsieur de côtes et d'animaux sauvages, nous irons donc voir les deux.

Mais pour cela, il faut un bateau. Ce sera un voilier. On en parle ici.


Réflexions sur la construction amateur :

Pour ceux qui n'ont pas les moyens d'acheter du neuf, il reste le marché de l'occasion et la construction amateur . Avant de vous lancer, dites-vous bien que ce doit être un but et non un moyen . En effet, si votre but premier est d'abattre des milles, sachez que plus le bateau sera grand et abouti et/ou moins vous serez nombreux sur le chantier, plus vous passerez de temps à le construire et moins vous naviguerez ( merci Monsieur de La Palice ) Donc, si vous avez plus envie de naviguer que de construire, passez votre chemin et comptez vos billets . Pour enfoncer le clou, seulement une construction sur cinq arrive à son terme . En ce qui nous concerne, nous avons dû faire un choix entre y laisser notre santé et naviguer . L'orgueil en a pris un coup, mais le projet de naviguer est sauf et j'ai pu me consacrer à plusieurs petites constructions en bois tout en avançant la date du départ !

Voici quels sont selon moi les avantages et inconvénients de la construction amateur .

Les avantages de la construction amateur :

Premièrement, réaliser le bateau adapté à son programme, son style, ses moyens. Un "one off" comme disent les anglophones, celui qui vous permettra d'aller où vous le souhaitez, longtemps, dans de bonnes conditions de sécurité et de confort . Un voilier sur mesure qui soit à votre image . Pas un de ces voiliers de grande série qui sont de moins en moins faits pour voyager loin . Faire réaliser un bateau sur mesure par un chantier est possible, les bons chantiers existent, mais ce n'est plus le même budget : suivant sa taille, le bateau devient rapidement plus cher qu'une maison .

Deuxièmement, puisque l'on parle de budget, pouvoir étaler ses dépenses . Avec la crise de 2008, le prix des bateaux d'occasion a bien chuté et je considère que c'est la meilleure solution pour qui souhaite partir vite, à condition d'avoir suffisament d'argent pour acheter ( les bateaux à 1 euro existent mais le temps passé à les retaper égale ou dépasse celui de la construction ) Construire dans son jardin ou sous un hangar, c'est pouvoir avancer à son rythme et gérer les dépenses du chantier en fonction de son budget . Néanmoins, ne comptez plus faire autant d'économies sur la construction qu'aux débuts de la plaisance : avec l'inflation et la baisse du stock de bois exotiques, votre bateau vous coûtera plus cher qu'un modèle d'occasion bien équipé .

Troisièmement, connaître parfaitement son bateau . Mis à part l'électronique, tout ou presque devient réparable puisque c'est vous qui le construisez . Vu les tarifs de la main d'oeuvre qualifiée, c'est une source d'autonomie et d'économie futures non négligeables !

Quatrièmement, gonfler son estime de soi (ou ses chevilles) . Notre société d'hyperconsommation nous pousse à acheter des choses futiles ou d'autres que l'on pourrait fabriquer nous-même . C'est toujours gratifiant de prouver à soi-même et aux autres que nous sommes capables de réaliser de grands projets de nos propres mains .


Les inconvénients de la construction amateur (liste non exhaustive...) :

Est-ce bien raisonnable ? Si quelques projets très bien ficelés de coques à bouchains ( assemblage de panneaux métalliques ou en contreplaqué ) jusqu'à 12 ou 13 mètres ont pu voir le jour en deux ou trois ans, la majorité des constructions amateurs de cette taille dont j'ai connaissance dure de cinq à dix ans, parfois plus ! Le premier piège de la construction amateur, selon moi, serait de mettre trop de temps en prenant plus de plaisir à construire qu'à vouloir naviguer . Si c'est votre cas, que vous souhaitez utiliser votre bateau de temps en temps, alors le but ( construire ) est atteint . Pour ma part, la finalité c'est de naviguer et de vivre à bord à l'année . Pour X, ce sera passer ses vacances sur l'eau. Pour Y, ça peut être de participer aux rassemblements de vieux gréements, etc . Pour répondre à la question initiale, le caractère raisonnable dépend de la taille, de la main d'oeuvre disponible, de votre santé, du modèle et de la finition recherchée . Mélangez tout cela et vous obtiendrez des techniques, des matériels et des matériaux qui induiront un budget et une durée des travaux qui peuvent vite devenir colossaux . Peut-on qualifier la passion de raisonnable ? Non .

Maîtriser les techniques de construction . Les livres seuls ne suffisent pas pour acquérir toutes les techniques nécessaires à la construction . Il est conseillé de s'entourer de personnes compétentes, de faire des stages, de visiter des chantiers professionnels ou de participer à une construction amateur . Si cela peut sembler de prime abord une perte de temps, je suis convaincu que c'est payant sur la durée totale du chantier pour qui souhaite effectuer un travail de qualité . De même, grâce à internet, il y a tous ces autres constructeurs amateurs qui vous font profiter de leurs expériences sur leurs blogs ou sites . Vous en retrouverez quelques uns dans ces liens .

La fracture de moral . Bien des projets ont avorté suite à des séparations ( devoir construire seul un bateau habitable, cela devient très long et compliqué ) ou une perte de motivation . Je pense qu'il est sâge de faire adhérer sa moitié avant de commencer les travaux sous peine de devoir en changer ( de projet ou de moitié ? ) La motivation sera mise à rude épreuve tout au long des années, des doutes et des difficultés du chantier : chaque nouveauté est un problème à résoudre et plus le projet est grand, plus les pièces sont lourdes et le travail est long . Que dire de toutes ces personnes bien pensantes qui peuvent vous faire douter parce qu'elles-mêmes n'y croient pas, ne s'en sentent pas capables ou ne comprennent pas votre envie de quitter la "sécurité" de la Terre ferme ? Si vous en connaissez, fuyez-les !

Après la fragilité morale, l'accidentologie et la condition physique du constructeur amateur . Tomber d'une échelle, se couper les doigts avec la scie sur table ou la toupie, développer une allergie aux résines époxydiques ou aux poussières de bois : comme chez les artisans, les occasions ne manqueront pas pour mettre en péril le projet qui sera mis au mieux entre parenthèses, au pire stoppé net . Donc, mettons toujours nos Equipements de Protection Individuelle . Sans aller jusqu'à l'accident, déplacer des charges lourdes, travailler dans des positions ou conditions difficiles ( stratifier l'intérieur d'un caisson étanche, travailler sous la coque, dans la coque, en été ou en hiver en plein air, etc. ), faire des efforts répétés ( rabotage, ponçage, etc. ) avec des outils parfois lourds peut entrainer des problèmes de santé . Et si vous prenez soin de vous protéger des effets néfastes du froid ou de la chaleur, seules une bonne constitution et condition physique vous préserveront des lombalgies et autres tendinites qui seront d'autant plus fréquentes que vos jeunes années seront éloignées ...

A vous maintenant de choisir en connaissance de cause .


Le Voilier

L'ancien modèle

Mini Ti Gosier

Il s'agissait d'un Finntern 35 . Un Fifty de 35 pieds ( 10,80 mètres ) sur lequel nous avons vécu pendant deux ans . C'est quoi un fifty ? Les mauvaises langues diront que c'est un mauvais voilier et un mauvais bateau à moteur . En réalité ce n'est ni vraiment l'un, ni vraiment l'autre . Les fiftys ont pour avantage d'avoir un volume habitable sans pareille, avec un gros moteur pour palier à l'absence de vent ou remonter face au vent si besoin . C'est le voilier qui convient aux plaisanciers tranquilles, aux épicuriens qui restent à l'abri quand ça souffle trop fort, ne recherchant pas la vitesse mais le confort au mouillage comme au port . Sûrement un des meilleurs voiliers pour se ballader en prenant son temps mais pas pour un tour du monde à mon sens, du moins pas pour ce modèle qui est homologué en catégorie B . En méditerrannée par contre, nous nous sommes régalés . Nous avons fait de très belles croisières aux îles d'Hyères, en Corse et en Sardaigne . Nous avons mis quelques photos ici .

Notre voilier

Miniature de 642071-1

Il s'agit d'un Sun Odyssey 40 DS, un quillard en polyester de 12 mètres de long, sorti des chantiers JEANNEAU en 2000 . Cliquez sur l'image pour l'agrandir .

Ne comptez pas sur moi pour vous dire : "c'est le meilleur des voiliers" parce que ceci ou cela. Ce n'est ni le plus rapide, ni le plus solide, ni le plus confortable mais c'est le voilier qui correspond à nos attentes, notre programme, notre condition physique et notre budget . Tous les matériaux ou types de bateaux ont leurs avantages et leurs inconvénients, les équipements aussi mais au final, l'essentiel, c'est qu'ils naviguent !


Le Budget

Sujet tabou ( je n'ai trouvé que peu de sites web qui en parlent ) mais oh combien important car c'est bien connu : un bateau a un coût et c'est un trou dans lequel on jette de l'argent ... Le prix de revient de ce voilier ( achat plus mise à niveau des équipements - gréement, voiles, circuit électrique, électronique - plus confort pour vie à bord : installation d'un groupe électrogène, batteries, convertisseur, lave-linge ) nous revient à environ XX XXX euros ( réponse en 2018 ) Concernant le coût de fonctionnement, j'y reviendrai plus tard .